24/08/2013

=> Parcours des Mondes 2013 - Bakongo chez Alain Lecomte

 Lec12-11 007 (2).jpg

 Sifflet nsiba des Bakongo, ces petites cornes d’antilopes qui servaient de sifflets à certains chasseurs initiés et aux nganga (guérisseurs) 

A l'occasion du Parcours des Mondes 2013Alain Lecomte présente une exposition thématique, avec un ensemble de sculptures Bakongo, il y aura notamment un masque Bavili de l'ancienne collection Bernard et Bertrand Bottet. Des "fétiches" avec charges magiques, deux chiens à clous, sans oublier quelques statuettes Babembé.... 

Alain Lecomte
21 rue Guénégaud
75006 Paris
33.1.43.54.13.83
33.6.50.41.05.35
www.alain-lecomte.net
lecomte.afrique@wanadoo.fr

CorneKongo 018 (2).jpg

Ci-dessus deux sifflets nsiba non figuratif, et celui avec l'oiseau (ci-dessous) viennent de l'ancienne collection Morineau. Paris; Ils ont été ramené entre 1895 et 1898 par le lieutenant de Vaisseaux Alfred Morin, de la Mission Marchand.

CorneKongo 012 (2)-001.jpg

bakongo-001.jpg

Un ouvrage intitulé « Bakongo. Les sifflets sculptés », tiré à 500 exemplaires numéroté, sera présenté par Raoul Lehuard et le coauteur Alain Lecomte

"Les nsiba du groupe Bakongo, ces petites cornes d’antilopes qui servaient de sifflets à certains chasseurs initiés et aux nganga (guérisseurs), étaient surmontées de sculptures soit anthropomorphes, zoomorphes, anthropozoomorphes ou non figuratives. Brièvement, c’étaient des objets de petites dimensions, connus et appréciés des collectionneurs de par le monde. L’un des premiers à s’y être intéressés fut Stephen Chauvet, en 1929, dans son livre Musique nègre. Peu d’études furent consacrées à ce sujet. C’est bien plus tard, en 1966, que Bertil Söderberg, (dont nous reproduisons le texte de la revue Arts d’Afrique Noire parue en 1974), nous fit connaître le monde magique des nsiba en miniatures. Il s’agit donc d’un livre important par l’étude qui en fut faite, mais aussi par la richesse de son iconographie. Ces objets des siècles passés se faisant très rares, nous leur rendons l’hommage que méritent leurs créateurs bakongo."

Les commentaires sont fermés.