23/01/2009

Inforcongo série 3/3 Mabudu - Mongelima - Mongo - Basalampasu - Bangandu - Turumbu - Zande

ANCIENNES PHOTOGRAPHIES
du CONGO
Documents CONGOPRESSE & INFORCONGO

10 anciennes photographies consacrées à l'ex Congo Belge. Origine Inforcongo et Congopresse, deux organismes de propagande pour le Congo Belge et le Ruanda-Urundi avant leur indépendance.

Les informations géographiques concernant ces photographies datent du temps de la colonie. Certains noms de lieux ont changés après les indépendances.


Série 3/3: Mabudu - Mongelima - Mongo - Basalampasu - Bangandu - Turumbu - Zande

mabudu 01
La danse du « liando » chez les Mabudu. Le « liando » désigne à la fois l’écorce d’un arbre qui est utilisé comme aphrodisiaque et les feuilles de ce même arbre qui interviennent dans des rites magiques de chasse; la danse dont on voit ici une figure intervient dans le rite magique, pendant que les feuilles sont brûlées afin de faire tomber le gibier dans les pièges.

Identification
Localité: Medjedie
Territoire: Wamba
District: Ituri
Province Orientale
Photo: H. Goldstein – Congopresse (novembre 1949)
N° 31.63/18



manianga 01
Voici un batteur de tambour-téléphone à Biongo, un village situé dans les montagnes du pays des Manianga. Frappant à l’aide de nervures de palmier un tronc évidé, il donne, en battant alternativement l’une et l’autre des lèvres inégalement épaisses de la fente, une succession étudiée de sons qui représentent des phrases stéréotypées.

Identification
Localité: Biongo
Territoire: Manianga
District: Bas-Congo
Province: Léopoldville
Photo: Da Cruz – Congopresse (1946)
N° 31.211/3

 

 mongelima 01
Un coin de village Mongelima sur la route qui va de Banalia à Bengamisa, dans la province orientale. A l’avant-plan, le tambour d’appel qui transmet les messages aux villages des environs. Les Bangelima étaient naguère encore célèbres pour les toits de leurs cases en forme de pain de sucre: cette tradition architecturale s’est perdue et a été remplacée par le toit à deux pans, commun aux régions avoisinantes.

Identification
Localité: Environs de Bengamisa
Territoire: Banalia
District: Uele
Province Orientale
Photo: H. Goldstein – Congopresse
N° 31.213/29

 

 mongo 01
Selon une croyance commune à beaucoup de populations Mongo, il arrive qu’un esprit malfaisant s’empare d’une femme et lui trouble l’esprit. La possédée s’appelle « zebola » ou « djebola ». Elle est confiée à une sorcière-guérisseuse qui la munit de talismans et la soumet, parfois pendant des mois, à diverses cérémonies d’exorcisme. Finalement, une grande réunion est organisée au cours de laquelle la « zebola » exécute une danse spéciale pour conjurer le mauvais esprit et reprendre ensuite une vie normale.
Voici des danseuses « zebola » de la tribu Nkundu (Province Orientale).

Identification
Territoire: Bikoro
District: Equateur
Province: Equateur
Photo: C. Lamote – Congopresse
N° 31.502/17

 

 ngandu 01
Une danse guerrière appelée « Ngua » chez les Bangandu du village de Yayama (Tshuapa).

Identification
Territoire: Ikela
District: Tshuapa
Province: Equateur
Photo: C. Lamote – Congopresse
N° 31.62/41

 

 salampasu 01
Danses rituelles chez les Basalampasu (Salampasu / Basala Mpasu)

Identification
Territoire: Luisa
District: Lulua
Province: Kasaï
Photo: J. Ceurvorst - Inforcongo
N° 31.406/502





INCO002
Presque toutes les peuplades congolaises rendent un culte aux ancêtres de leur tribu. Voici, chez les Basala Mpasu, l'abri (appelé "Tulalayi") où sont figurés ces ancêtres.
Les Basala Mpasu -en français: "ailes de sauterelles"- tirent leur nom des tatouages en formes d'aile de sauterelles dont ils s'ornent le front. Avec le progrès cependant, la pratique des tatouages tend à disparaître et on ne les trouve plus que chez des gens âgés.
Ils occupent une région située à l'Ouset de la rivière Lulua.

Identification
Localité: Mukasa
Territoire: Luisa
District: Lulua
Province: Kasaï
PhotoC. Lamote - Congopresse
N° 31.516/3






turumbu 01
Danse de la flagellation chez les Turumbu. Formant deux haies entre lesquelles chacun passe  à leur tour de rôle, les danseurs sont armés de fouets en lianes et se fouaillent mutuellement avec vigueur.
Les Turumbu habitent, au Nord du fleuve Congo, Une bande étroite entre l’Aruwimi et la Lindi.


Identification
Localité: village Yalibwa
Territoire: Isangi
District: Stanleyville
Province Orientale
Photo: H. Goldstein – Congopresse
N° 31.63/37



 zande 01
Le grand chef Azande, Gilima, est décédé le 10 septembre 1949, à Dungu. Il était âgé de 73 ans. C’était le plus grand chef du Congo du Nord; il jouissait d’une autorité incontestée sur plus de cent mille Azande vivant dans un territoire presqu’aussi grand que la Belgique.
Gilima était un ancien serviteur de l’Etat Indépendant du Congo. Il avait participé en 1896 à l’expédition du colonel Chaltin vers le Nil et prit part, notamment, à la tête des lanciers azande, à la prise de Redjaf.
Voici, des femmes Azande couvertes de cendres, psalmodiant un chant funèbre, en l’honneur du défunt.


Identification
Localité: Dungu
Territoire: Dungu
District: Uele
Province Orientale
Photo: H. Goldstein – Congopresse (septembre 1949)
N° 31.453/7

 

 zande 02
Au jour de danse, l’orchestre classique des Azande comprend au moins un tambour d’appel que l’on bat à coup redoublés en se mettant à cheval dessus et un xylophone rustique, rapidement fait de quelques  morceaux de bois assemblés.

Identification
Localité: Yapwati
Territoire: Ango
District: Uele
Province Orientale
Photo: H. Goldstein – Congopresse
N°31.213/28 /7

 


 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Bravo pour votre blog.
Il est très documenté.

Bonne continuation ...

Écrit par : vero | 27/01/2009

Répondre à ce commentaire

j'aimerai avoir les photos du chef gilima et gatanga de la communaute zande

Écrit par : yamani zaki | 10/04/2011

Répondre à ce commentaire

Il semble que l'origine de Basalampasu n'est pas mentionnée dans les archives que j'ai parcourrues. Mais d'après la traduction orale, nos grands parents racontent: "Les Basalampasu ont vécu le long de la Lomamie (au Katanga), plus précisément à Kasonga Nyembwe, près de Nsangalubangu. Quittant Kasonga Nyembwe vers Nsangalubangu, leur première terre habitéee est celle qui est occupéee par les Kanyoka (dans le Kasaï Oriental). Après les invasions Tshokwe, ils ont fouit pour aller habiter à Tshikapa. De là, ils ont été de nouveau envahit par les Tshokwe et ont trouvé une terre vide qu'ils habitent actuellement (Luiza, dans le district de la Lulua, province du Kasaï Occidental)."

Écrit par : SAMUANDA | 26/08/2012

Répondre à ce commentaire

je retrouve la trace des mes ancétres

Écrit par : zaki yamani el azande | 26/04/2013

Répondre à ce commentaire

Je suis tres ravi de retrouver les archives sur mes origines, mais ces écrits semblent être pauvres par rapport à la tradition orale que nous avons apprise!
Grand merci, je suis de la Localité MUKASA, Chefferie TULUME, Secteur LUSANZA, Territoire LUIZA, District LULUA, Province KASAÏ OCCIDENTAL, RDCONGO !

Écrit par : SAKAJI -ka- DUSHIMBA | 08/01/2014

Répondre à ce commentaire

Le successeur du grand chef zande Gilima fut Dekpe que j'ai connu en 1959, est-il exact qu'il fut assassiné en 1964 par les lumumbistes car considéré commel'ami des blancs sans doute parce adhérent du parti populaire des Uélés

Écrit par : anneet | 08/09/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.